Plate-forme participative du projet écologique “J’essaime ma Planète

Ce projet a pour but d’aider au repeuplement naturel des abeilles. Comment?

En installant des ruches de manière ultra-extensive, les peuplant avec des essaims sauvages ou récupérés, et en favorisant l’essaimage naturel.

Consulter l’avancée du projet “J’essaime ma Planète”

Les abeilles “J’essaime ma Planète” ont besoin de vous

Nous avons besoin de maisons d’hôtes pour les ruches. Vous profiterez de la présence de ces butineuses chez vous.

Il nous faut des cueilleurs d’essaims pour peupler ces ruches. Si vous êtes déjà cueilleur, ces ruches agirons comme une pépinière, et chaque année ce seront de plus en plus d’essaims que vous pourrez récupérer pour votre activité d’apiculture également, quand les ruches “J’essaime ma planète” auront atteint leur capacité locale maximale.

Nous avons décidé d’agir partout un petit peu, plutôt que beaucoup à un endroit, ce qui serait contre-productif.

Enfin, il faudra un référent pour chaque ruche. Vous pourrez être référent pour plusieurs ruches.

Si l’hôte a des connaissances suffisantes en apiculture, ou souhaite se former à la préservation de la santé des ruches, c’est directement lui qui pourra être le référent. Sinon, un professionnel ou une personne formée, bénévole viendra s’occuper du maintien de la ruche.

Le but est ici le repeuplement des écosystèmes par division naturelle des ruches, et non la production de miel. Rien ne vous empêche d’augmenter votre cheptel et d’apprendre à produire votre propre miel avec vos ruches par la suite.

Participer au projet, chacun a son rôle à jouer

Pour participer au projet J’essaime ma Planète, j’aimerais

accueillir une ruche

être cueilleur d’essaims

être référent local de ruches

sponsoriser une ruche

Si vous trouvez une colonie d’abeilles dans la nature ou votre jardin, signalez là. Elle sera recueillie dans une ruche qui servira à la reproduction naturelle.

Je signale un essaim sauvage


Pourquoi les abeilles disparaissent-elles? En savoir plus grâce à ce documentaire de France 5.